Dites NON à la destruction des reptiles et des amphibiens

Dites NON à la destruction des reptiles et des amphibiens

Un nouvel arrêté ministériel de protection des reptiles et amphibiens est en consultation publique jusque fin novembre.

Le nouvel arrêté ministériel de protection des reptiles et amphibiens prévoit la possibilité de destruction de la Vipère aspic et de la Vipère péliade, notamment pour des questions de « sécurité ». En outre, il ne fait pas mention des cas de la Grenouille rousse et de la Grenouille verte, dont la capture et la consommation sont toujours autorisées. Une consultation publique pour s’exprimer sur cet arrêté est ouverte jusqu’à la fin du mois de novembre. Nous vous invitons à y participer dès à présent. C’est par ici : http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/spip.php?page=article&id_article=2083 !
La LPO demande une protection intégrale de toutes les espèces de reptiles et d’amphibiens de France métropolitaine !

JPEG - 122 ko

Face aux menaces que représentent l’urbanisation, le développement des infrastructures et l’agriculture intensive, le renforcement de la protection des habitats est une avancée certaine. Si protéger l’habitat de la Vipère aspic et celui de la Vipère péliade est primordial, la protection des animaux eux-mêmes l’est tout autant. Comment peut-on encore laisser détruire ces espèces alors qu’elles sont dans un état de conservation désastreux ?

Que ce soit en France ou en Europe, partout le déclin est rapide. Les pays voisins de la France protègent intégralement les vipères et certains comme le Royaume Uni ont engagé des programmes de conservation.

Invoquer le risque sécuritaire à l’encontre des vipères est illogique. Ces animaux cherchent toujours à fuir. La plupart des cas de morsures ont lieu pendant les manipulations et les tentatives de destruction. La pédagogie est bien plus efficace pour éviter les morsures. Sans compter que ce sont bien souvent d’autres espèces qui font les frais de cette destruction. Les cas de mortalité sont rares, et bien plus rares que par piqûre de guêpe par exemple.

Nous demandons donc que ces deux espèces soient inscrites à l’article 2 de l’arrêté.

Concernant les amphibiens, il est tout aussi surprenant de constater que l’on autorise encore la capture, la destruction et la consommation de deux espèces de grenouilles sauvages, la Grenouille rousse et la Grenouille verte. Le drainage des marais et les pesticides ont considérablement affecté ces espèces, dont le déclin est dramatique. La Grenouille verte étant un hybride de deux espèces protégées, la Grenouille de Lessona et la Grenouille rieuse, comment faire la distinction entre l’hybride et ces deux espèces ? Même les spécialistes ont du mal. Il convient donc d’interdire la pêche à la grenouille.

JPEG - 137.6 ko


La biodiversité est en déclin. Les reptiles et les amphibiens n’y échappent pas. Ce sont même des groupes particulièrement exposés qu’il convient de mieux protéger. La France a une grande responsabilité dans la conservation de ces espèces.

Source : LPO France (Article ["Dites NON à la destruction des reptiles et des amphibiens"->https://www.lpo.fr/actualites/dites-non-a-la-destruction-des-reptiles-et-des-amphibiens )


Publié le : jeudi 21 novembre 2019

Mis à jour le : vendredi 22 novembre 2019