La LPO Lot s’engage dans le suivi des rapaces - 37 sites lotois de falaises préservées

Après avoir été longtemps menacées, les populations françaises de Faucon pèlerin et de Grand-duc d’Europe se portent mieux. Avant leur protection légale en 1976, les rapaces faisaient en effet l’objet de destructions directes ou subissaient les méfaits de pesticides. L’arrêt de ces nuisances a joué un rôle important dans le redémarrage de leurs populations et, depuis, ces espèces ont lentement recolonisé des sites d’où elles avaient disparues.

Ainsi, les rapaces rupestres, et en particulier le Faucon pèlerin et le Grand-duc, se sont largement réinstallées dans plusieurs sites lotois et la protection de leur habitat en période de reproduction constitue l’une des principales mesures en faveur de la préservation des populations.

En 1994, une mesure de protection des sites, dénommée Arrêté Préfectoral de Protection de Biotope (APPB) avait été mise en place sur 5 sites lotois. Récemment, à l’initiative de la DDT du Lot, ce dispositif a été complètement révisé et, après de larges concertations, un nouvel APPB Rapaces rupestres a vu le jour en début d’année 2018. Le nouveau texte règlementaire couvre 37 sites rupestres sur plus d’une centaine que compte le département du Lot. Ces sites sont aussi des secteurs privilégiés d’activités de pleine nature (escalade, slacklines, randonnées motorisées en motos ou en quads, utilisation de drones…) qui sont des sources de dérangement durant la période sensible de reproduction. Plusieurs associations d’activités de pleine nature (escalade, parapente…) ont été associées à cette initiative et sont pleinement impliqué dans ce nouvel APPB Rapaces rupestres.

Afin d’éviter toutes perturbations, des restrictions d’accès ont été définies pour les sites en APPB : interdiction d’installer tout nouvel équipement fixe destiné à faciliter l’accès aux parois rocheuses ou à leurs abords, d’aménager des belvédères sur les corniches ou de mettre en lumière des parois. En outre pendant la période de nidification, entre le 1er janvier et le 30 juin, la fréquentation des parois rocheuses et de leurs abords est interdite. Il est également interdit de survoler les falaises ou de passer à moins de 100 mètres des parois rocheuses (valable aussi pour les drones).

Afin de suivre le bon déroulement de la nidification sur les sites couverts par l’arrêté de protection, un dispositif collectif de suivi, animé par la DDT du Lot, est assuré par divers organismes (ONCFS, PNRCQ, DDT, Département du Lot et associations naturalistes dont la SNL et la LPO Lot). Pour sa part, la LPO Lot assure également le suivi d’autres sites rupestres et les observateurs peuvent enregistrer leurs données sur le site participatif « https://www.faune-tarn-aveyron.org/». Grâce à la création d’un compte, chaque personne peut saisir ses observations sur ce portail collaboratif et contribuer, de fait, à améliorer les connaissances sur l’état de la biodiversité lotoise.

Rappelons que les restrictions d’accès aux falaises s’appliquent également à tout observateur et que, pour éviter la perturbation des oiseaux en période de couvaison et d’élevage des jeunes, le respect des dispositions de l’APPB est primordial. La pérennité des espèces et la valorisation de notre patrimoine naturel passent par l’attention de tous.

L’arrêté et la liste des sites sont consultables ici.

Contact : LPO Lot – lot@lpo.fr – 05 65 22 28 12

JPEG - 84.6 ko JPEG - 613.9 ko

Publié le : lundi 8 avril 2019