[Refuges LPO] Soirée riche en observations nocturnes au château d’Assier

Les châteaux sont des monuments riches en biodiversité. Ils offrent un refuge idéal pour la faune sauvage avec des murs troués, des tours, des grandes salles, des combles et des cheminées : un vrai paradis pour de nombreuses espèces. Vendredi 4 septembre, le public était invité à venir découvrir la faune nocturne autour et à l’intérieur du château d’Assier, Refuge LPO depuis 2016.

Au cours de la soirée, plusieurs animateurs ont fait découvrir au public la biodiversité nocturne qui reste souvent mystérieuse car difficile à apercevoir. Pour pouvoir observer les papillons de nuit, Tineke Aarts, une adhérente de la LPO Lot, avait installé un piège lumineux proche du jardin du château : ce grand drap éclairé attire les papillons nocturnes et permet de recenser les espèces présentes. Les papillons sont de bons indicateurs de la qualité d’un habitat car ils sont spécifiques à certaines plantes dites plantes-hôtes. Ainsi, plus un habitat est riche, plus on verra des papillons. Dans le Lot, pendant une année, ce sont plus de 1500 espèces nocturnes qui peuvent venir à la lampe. Tineke a expliqué les inventaires qu’elle réalise et répondu aux nombreuses questions.

JPEG - 83.5 ko

Les papillons nocturnes sont une proie idéale pour les chauves-souris. Stéphanie Plaga Lemanski, directrice de la LPO Lot, a proposé aux spectateurs de s’immiscer dans la vie d’une chauve-souris au cours de la soirée. Ces mammifères s’orientent dans l’obscurité de la nuit par écholocation (le même système que le radar de recul de la voiture). Plusieurs chauves-souris de la famille des ’murins’ volaient au-dessus de nous, rentrant et sortant du château par les cheminées. Dehors, on pouvait écouter les espèces qui volaient dehors grâce à un équipement spécial.

Les enfants assistaient aux ateliers et s’amusaient dans un atelier créatif autour de la symétrie, de la lumière et des ombres avec des silhouettes de papillons. Sous le ciel nocturne, le beau film-documentaire ’Jardin Sauvage’ de Sylvain Lefebvre était projeté dans la cour du château.

A la fin de la soirée, qui restait par chance agréablement chaude, tout le monde est retourné voir Tineke qui n’avait pas quitté le drap pour poursuivre l’inventaire : le résultat fut assez impressionnant. Pendant une heure et demie d’observations, 45 espèces de papillons de nuit ont été photographiées et identifiées. Toutes les données de cette soirée sont publiées avec photos sur l’application ’Faune Nord Midi-Pyrénées’ (www.faune-tarn-aveyron.org) et sont visibles par tous jusqu’à 14 jours après la date d’observation.


Publié le : vendredi 18 septembre 2020