Suivi des oiseaux communs du Lot, et si vous y contribuiez ?

Le programme national de suivi des oiseaux communs a été lancé en 1989, puis relancé en 2000 par le Centre de Recherche sur la Biologie des Populations d’Oiseaux (CRBPO, qui dépend du Muséum National d’Histoire Naturelle). Il comprend plusieurs volets, et notamment le STOC-EPS : Suivi Temporel des Oiseaux Communs par Echantillonnage Ponctuel Simple. Ce protocole a pour objectif d’évaluer les variations spatiales et temporelles de l’abondance des populations nicheuses d’oiseaux communs. Il est fondé sur des points d’écoute de 5 minutes réalisés par un réseau d’observateurs répartis dans toute la France. Les sites suivis sont déterminés par tirage aléatoire, afin d’avoir une représentativité maximale des différents habitats et des résultats généralisables à l’ensemble des populations nationales des espèces concernées. Ce sont ainsi près de 1000 sites qui sont suivis en France chaque année, soit environ 10 000 points d’écoute.
Chaque observateur qui souhaite participer au suivi des oiseaux communs se voit attribuer un carré de 2 km x 2 km, proche d’une localité qu’il a choisie (généralement son domicile). Il doit ensuite placer dans ce carré 10 points d’écoute, si possible représentatifs des milieux présents dans le carré. 5 minutes sont passées sur chacun des points, 2 à 3 fois au printemps, le matin de bonne heure. L’observateur note tous les oiseaux qu’il observe et entend. Il consigne également les grands milieux présents autour de chacun de ses points. L’opération est renouvelée tous les ans, sur les mêmes points, par le même observateur, aux mêmes dates (avec une tolérance de 8 jours de décalage).
Dans le Département du Lot, depuis 2021, 10 carrés sont suivis par des observateurs bénévole (5 carrés) ou salarié de la LPO Occitanie (5 carrés).
JPEG - 92.5 ko
Sur les cinq grandes régions naturelles du département du Lot, seule la Limargue n’est pas représentée, au contraire des Causses du Quercy (7 carrés), du Ségala, de la Bouriane et du Quercy blanc (1 carré chacun). La vallée du Lot est également sous-représentée.
2322 données ont été récoltées lors du suivi temporel des oiseaux communs par échantillonnage ponctuel simple dans le département du Lot en 2022. C’est plus qu’en 2021, où 1929 données avaient été saisies. Ce total représente une moyenne d’environ 22 données par point d’écoute de 5 minutes (passages cumulés), ou d’approximativement 11 espèces par session d’écoute. Au total, ce sont 82 espèces qui ont été contactées au cours du suivi de l’année de 2022. En 2021, le total était de 78.
Le Pigeon ramier, la Fauvette à tête noire et la Corneille noire figurent en tête des classements en termes de fréquence (nombre de points d’écoute où elles ont été contactées), et d’abondance (nombre total d’individus contactés sur l’ensemble des sites). Il n’est pas étonnant de retrouver ce podium, identique à celui de l’an passé, puisque ces espèces dites généralistes s’adaptent à de nombreux types d’habitats. Les données nationales du STOC-EPS indiquent d’ailleurs des progressions de +100, +30 et +6% pour ces espèces, respectivement le Pigeon ramier, la Fauvette à tête noire et la Corneille noire, entre 2001 et 2019. La croissance des espèces généralistes s’oppose à la régression des espèces dites spécialistes, notamment celles des milieux agricoles qui accusent la plus forte baisse. Par exemple, sur le même laps de temps (2001-2019), les populations d’Alouette lulu, de Chardonneret élégant ou de Tourterelle des bois ont décru en France, respectivement de 6, 30 et 51%.
Les observateurs du département du Lot ne se sont engagés dans ce programme qu’en 2021. Trop peu de données sont encore disponibles, et trop peu de carrés sont encore suivis, pour pouvoir interpréter valablement les résultats en termes de tendances. Les informations rapportées dans ce document ont l’intérêt donner une image ponctuelle des espèces présentes sur le territoire et de la diversité de l’avifaune en fonction des milieux naturels, mais elles ne permettent pas de tirer d’ores et déjà des conclusions sur la dynamique des populations locales. Le site Vigie Nature met les analyses nationales en ligne pour le grand public (https://www.vigienature.fr/fr/observatoires/suivi-temporel-oiseaux-communs-stoc/resultats-3413).

Ce protocole nécessite un engagement modéré annuellement (2 à 3 matinées), mais durable puisque ce sont les analyses à moyen et long termes des cortèges d’oiseaux présents aux mêmes endroits qui fournissent le plus d’informations pour améliorer les connaissances. Nous invitons donc tous les ornithologues amateurs installés dans la durée sur un territoire à se joindre au réseau de bénévoles qui s’engagent pour le STOC-EPS. Pas besoin d’être chevronné pour se lancer dans cet exercice, une bonne connaissance des chants des espèces communes du Lot est suffisant ! Faites-nous signe si vous souhaitez participer.

Nous adressons enfin nos plus sincères remerciements aux bénévoles engagés pour le STOC-EPS sur notre département : Vincent CHUZEVILLE, Joanna KNAPPERT, Michel LASCOMBES, Hugues ROYER et Jean-Louis VERRIER.


Publié le : vendredi 30 septembre 2022