La protection juridique des hirondelles et martinets

Chaque printemps voit le ballet des hirondelles, annonciatrices des beaux jours. Elles viennent nicher dans ou sur les maisons, les immeubles, les dépendances… Leur présence enrichit notre cadre de vie… ou constitue une gêne pour certains du fait notamment des salissures. Cette gêne ou la réfection de façades peut entrainer la destruction des nids d’hirondelles. Pourtant toutes les espèces d’hirondelles sans exception, des plus communes au plus rares, sont protégées.

Les destructions intentionnelles constatées chaque année, viennent s’ajouter aux menaces, que font peser sur ces oiseaux, les traitements employés par l’agriculture intensive et la profonde altération des habitats.
Les hirondelles (notamment l’hirondelle rustique et celle de fenêtre) et les martinets (en particulier, le martinet noir) connaissent ainsi un déclin alarmant en France. Entre 2003 et 2013, les effectifs d’hirondelles de fenêtre ont chuté de 21 %, ceux des hirondelles rustiques ont chuté de 24% et ceux du martinet noir de 20 % soit près d’un quart de leurs populations (STOC 2013).

Pour nous aider à sauvegarder ces oiseaux et faciliter leur cohabitation avec l’homme, voici quelques pistes :

- côté pratique : vous pouvez placer de petites planchettes en-dessous des nids pour éviter les salissures et la chute des jeunes au cours du nourrissage, et entreprendre vos travaux de rénovation de bâtiments de septembre à mars (en dehors de la saison de nidification qui s’étend d’avril à fin août).

- d’un point de vue juridique : si vous êtes témoin d’atteintes portées à ces oiseaux, vous pouvez agir directement.Tous les conseils d’actions sont disponibles dans la fiche ci-dessous

PDF - 335.2 ko

Par une démarche simple et concrète, chacun de nous peut donc, en restant vigilant, veiller à la sauvegarde des hirondelles et des martinets. Aidez-nous à voler au secours de ces fragiles ambassadeurs du printemps !


Publié le : mardi 7 mars 2017

Mis à jour le : mercredi 5 avril 2017